Energies renouvelables : devenez opérationnel.le rapidement grâce au nouveau module ENVAM

Fort de son approche transdisciplinaire et toujours dans une logique de transfert de la recherche vers la formation, le campus numérique ENVAM propose un nouveau module sur les énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie, hydrolien, biomasse). Cette formation est le fruit d'une collaboration entre spécialistes canadiens et français des ENR, Adrian Ilinca, directeur du laboratoire de recherche en énergie éolienne de l’Université du Québec à Rimouski, Christophe Cappe et Jean-Luc Le Garrec, enseignant-chercheurs à l’Institut de Physique de Rennes (université de Rennes 1).

La part des énergies renouvelables dans le mix énergétique s’accroît dans la plupart des pays du monde. En France, cette part représentait 16 % en 2016. La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, adoptée en 2015 par le Parlement, fixe un objectif qui doit porter cette part à 32% pour 2030 avec 40% de la production d’électricité issus des énergies renouvelables.

Selon le syndicat des énergies renouvelables  « Cette loi ouvre de nouveaux horizons à toutes les filières des énergies renouvelables. Leur déploiement va permettre la création de plusieurs centaines de milliers d’emplois sur le territoire, contribuer largement à l’indépendance et au rééquilibrage de la balance commerciale énergétique de la France en évitant l’importation d’énergies fossiles et en ouvrant la voie aux entreprises françaises vers les marchés internationaux. »

Au Canada, ce sont d’ores et déjà les deux tiers (66%) de l’approvisionnement en électricité qui proviennent désormais d’énergies renouvelables.

Pour réaliser ce nouveau module, ENVAM a sollicité des spécialistes canadien et français des ENR  : Adrian Ilinca, directeur du laboratoire de recherche en énergie éolienne de l’Université du Québec à Rimouski, Christophe Cappe et Jean-Luc Le Garrec, tous deux enseignants-chercheurs à l’Institut de Physique de Rennes (université de Rennes 1).

Ce module dresse un panorama des différentes filières technologiques des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie, hydrolien, biomasse) tant en termes énergétiques qu’économiques et sociétales. Ce champ de connaissances se prolonge par l’utilisation d’un logiciel d’analyses d’énergies propres permettant d’identifier et d’évaluer la pertinence d’implantation de tels projets.

Lors de cette formation de 10 semaines entièrement par internet, vous serez accompagné, formé et évalué par Adrian Ilinca avec qui vous pourrez donc échanger grâce aux différents outils de notre plateforme pédagogique (forum, visio,…)
A l’issue de cette formation, vous serez  capable de :

  • définir et comprendre le fonctionnement des différentes énergies renouvelables ;
  • connaître les principes de base des systèmes de production adaptés à chaque énergie ;
  • mettre en place une méthode d’évaluation du potentiel énergétique de chaque ressource ;
  • maîtriser un premier catalogue de solutions techniques en anticipant la future gestion ;
  • mener à bien des études de préfaisabilité technico-économique.

Le plus de la formation :
Très appliquée, cette formation, vous permettra de maîtriser le logiciel RETScreen qui est un système logiciel de gestion d'énergies propres pour l'analyse de faisabilité de projets d'efficacité énergétique, d'énergies renouvelables et de cogénération ainsi que pour l'analyse de la performance énergétique en continu. RETScreen permet aux professionnels et aux décideurs d'identifier, d'évaluer et d'optimiser de façon rapide la viabilité technique et financière de projets potentiels en matière d'énergies propres. Cette plate-forme logicielle d'intelligence décisionnelle permet aussi aux gestionnaires de mesurer et de vérifier facilement les performances réelles de leurs installations, ainsi que de trouver des possibilités supplémentaires d'économies et de production d'énergie.

Pour aller plus loin :
Ce module peut être suivi dans le cadre du DIU Energies renouvelables.

Encart
Une étude conduite par Mark Z. Jacobson de l’université de Stanford (Etats-Unis) et publiée le 23 aout dernier dans la revue scientifique Joule, montre qu’il est possible de contenir la hausse de température globale à 1.5°C et de créer 2.43 millions d’emplois grâce à une électricité produite par le vent, l’eau et le soleil à 80% en 2030 et à 100% en 2050 dans 139 pays. En termes de santé publique, le bilan serait très positif : 4,6 millions de morts prématurées dues à la pollution atmosphérique seraient évitées d'ici à 2050.

 

 

Formation(s) liée(s)